Dix choses à savoir sur les changements climatiques

1. Les changements climatiques s’entendent d’une modification à long terme des conditions météorologiques. Les changements climatiques sont mesurés par les changements dans une gamme d’indicateurs du climat (p. ex. vent, température, précipitations), y compris les changements dans les conditions moyennes et extrêmes. Ils peuvent résulter de processus naturels et/ou de l’activité humaine.

2. Durant la plus grande partie de l’histoire de la Terre, les périodes de changement climatique étaient dues à des processus naturels. Le climat de la Terre a changé tout au long de son histoire bien avant que l’activité humaine pourrait y avoir joué un rôle. Par exemple, la planète a oscillé entre des périodes de froid glacial, appelées « âges glaciaires », et des périodes interglaciaires chaudes au cours des quelques derniers millions d’années. Des facteurs naturels, comme la variation de l’orbite de la Terre, ainsi que les changements dans l’intensité des rayons du Soleil, le nombre d’éruptions volcaniques, de la surface de la Terre et, plus loin dans le passé, de la position des continents, expliquent les changements climatiques qui se sont produits par le passé. Parmi ceux‑ci, seuls les changements dans l’intensité des rayons du Soleil et l’activité volcanique sont pertinents à l’échelle centennale.

3. L’activité humaine est maintenant devenue la principale cause des récents changements climatiques. Le réchauffement marqué de la planète observé depuis le milieu du XXe siècle a été largement attribué aux effets de l’activité humaine sur le climat. Le réchauffement planétaire s’entend de l’élévation observée à long terme de la température moyenne de surface; il est une manifestation des changements climatiques. La vitesse du réchauffement planétaire au cours de la seconde moitié du XXe siècle était environ le double de ce qu’elle était pour tout le siècle. Cette influence de l’humain résulte principalement du brûlage de combustibles fossiles, comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Le brûlage de ces carburants libère du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre. Les changements en matière d’utilisation des terres, comme le déboisement et la conversion des terres à des fins agricoles, ont également contribué au rejet de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. 

4. Le réchauffement planétaire est principalement attribué à la hausse de l’effet de serre naturel. Les gaz à effet de serre sont ainsi appelés parce qu’ils réduisent la perte de chaleur de la Terre vers l’espace extra-atmosphérique. À ce niveau, ils agissent comme une serre; ils créent des conditions plus chaudes que ce ne serait autrement le cas s’ils n’étaient pas présents. Les concentrations atmosphériques des principaux gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone, le méthane, l’oxyde de diazote et l’ozone, ont considérablement augmenté par suite de l’activité humaine. Ceci a eu pour effet d’accroître ou d’intensifier l’effet de serre naturel. 

5. Le trou dans la couche d’ozone n’est pas la principale cause du réchauffement de la planète. Le réchauffement de la planète et l’appauvrissement de la couche d’ozone stratosphérique sont des problèmes ayant des causes premières fondamentalement différentes, mais ils sont liés l’un à l’autre de multiples façons. L’appauvrissement de la couche d’ozone n’est toutefois pas la cause principale des changements climatiques. Les changements dans la couche d’ozone et le climat sont directement liés parce que l’ozone absorbe les rayons solaires et qu’il est aussi un gaz à effet de serre. L’appauvrissement de l’ozone stratosphérique et l’augmentation de l’ozone troposphérique à l’échelle planétaire qui se sont produits dans les dernières décennies ont contribué de manière opposée aux changements climatiques. La contribution de l’appauvrissement de l’ozone, même s’il mène au refroidissement de la surface de la Terre, est faible en comparaison de la contribution des augmentations de tous les autres gaz à effet de serre, qui mène au réchauffement de la surface de la planète. Le forçage total imputable à ces autres gaz à effet de serre est la principale cause des changements climatiques observés et prévus. L’appauvrissement de l’ozone et les changements climatiques sont indirectement liés parce que les substances appauvrissant la couche d’ozone et leurs substituts sont des gaz à effet de serre (http://www.esrl.noaa.gov/csd/assessments/ozone/2010/twentyquestions/).

6. Les changements climatiques sont une tendance au réchauffement, et non simplement un cycle de réchauffement. La température du globe varie naturellement d’une année à l’autre et d’une décennie à l’autre. La variabilité naturelle du climat continuera d’avoir un effet sur l’état du climat sur de courtes périodes, mais une tendance au réchauffement planétaire à long terme se superpose à ces fluctuations naturelles. Afin de déceler les changements climatiques – une tendance à long terme – au-dessus du ‘bruit’ de la variabilité naturelle du climat, il est important d’examiner les ensembles de données à long terme. L’examen de l’ensemble des données sur la température moyenne de la surface de la Terre au cours des 100 dernières années révèle un réchauffement à long terme de la planète d’environ 0,8 oC.

7. Les changements climatiques toucheront toutes les collectivités de la planète.Selon les projections, les changements climatiques vont mener à des changements dans les conditions moyennes et les phénomènes météorologiques extrêmes. Là où elles se produisent, les sécheresses, les fortes pluies, les inondations et les violentes tempêtes plus fréquentes, qui s’inscrivent parmi les impacts potentiels les plus préoccupants, peuvent profondément perturber la société. En outre, l’élévation du niveau de la mer perturbera les zones côtières, le long desquelles, dans de nombreuses régions, des collectivités humaines sont concentrées. Les changements dans la température et les précipitations nuiront aux habitats naturels et aux habitats aménagés, ce qui aura des répercussions sur l’agriculture et les approvisionnements en nourriture particulièrement nécessaires pour répondre aux besoins d’une population humaine à la hausse. Les changements climatiques offriront des possibilités mais comporteront aussi des risques car, dans l’ensemble, les conséquences devraient devenir de plus en plus négatives à mesure que la température moyenne à la surface de la Terre grimpera.

8. Les gens, les organisations et la communauté internationale peuvent contribuer à la lutte contre les changements climatiques. Nous devons agir. Les mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre sont essentielles pour ralentir le rythme des changements climatiques. La sensibilisation aux enjeux des changements climatiques peuvent faire une énorme différence. 

9. Grâce aux efforts des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et de ceux des consommateurs et des entreprises, les émissions de GES au Canada en 2020 atteindront 734 mégatonnes (Mt). Il s’agit d’une baisse de 128 Mt par rapport à un scénario où aucune mesure pour réduire les émissions n’aurait été prise depuis 2005. Voir le rapport Tendances en matière d’émissions au Canada pour un complément d’information.

10. Le Canada s’est engagé à offrir 1,2 milliard de dollars en financement accéléré pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions et à s’adapter aux changements climatiques.